Le chêne millénaire





Si vous avez l'occasion de passer dans le Jura Suisse, je ne peux que vous conseiller de venir dire bonjour à ce chêne millénaire, le plus grand et le plus vieux d'Europe. Situé à la fin d'un petit village, sur les hauteurs, près d'une rivière et d'un étang, il ne trône pas mais vit simplement parmi ses congénères. Sa taille est certes impressionnante mais ce qui m'a le plus frappée c'était cet espèce de calme tout autour de lui et la vie foisonnante qu'il abritait. Je n'ai jamais vu autant de fourmis sur un arbre, ni autant de toiles d'araignées. Il y en avait absolument partout. On aurait dit un gardien protecteur des petites bestioles.





Au pied de ses racines naissantes étaient posées quelques offrandes, j'en ai été très touchée, non pas parce que beaucoup de traditions populaires perdurent encore mais parce que j'avais sous les yeux des voeux du cœur et de l'âme, des recueillements, des moments intimes. J'ai contemplé notre ami pendant de longues minutes et j'ai laissé moi aussi une offrande et un souhait. J'essayais d'imaginer ce qu'il avait vu 1000 ans auparavant, comment était le paysage autour de nous ... qu'il est bon de se laisser à la rêverie à côté d'un être aussi gorgé d'histoires.


3 commentaires:

  1. Il est splendide !

    Je comprends ce que tu ressens vis-à-vis de ce respectable papy de sève et d'écorce, j'ai ressenti la même chose face à l'un de ses contemporains, le chêne à Guillotin (près de la forêt de Paimpont, en Bretagne). Ils forcent le respect, inspirent le calme et la sérénité, et appellent au souvenir ...

    RépondreSupprimer
  2. Oh moi aussi j'ai directement pensé à l'arbre Guillotin, tellement paisible, et gardé par un vieux chien qui dégage une telle lumière :) Grand hâte de retourner voir ce chêne ! ET de découvrir celui-ci ;)

    RépondreSupprimer
  3. Un vivier de souvenirs auxquels les amis de la forêt vont et viennent en refuge se retrouver. C'est un arbre farci. Regarde-le. On ne le mange pas que des yeux. Au bistrot des fourmis, le rdv est prit.
    Sacré garde-manger que d'être au pied de l'arbre l'aîné des regrets versés. Tu as pu y méditer sans réserve. Les photos que tu as a prises sont un calme qui apaise.
    Bon voyage en terre suisse. Pour un peu tu me donnerais envie d'y faire un tour un jour.
    Une étoile nette dans la toile réseau sans risque de trembler de froid - j'ai un accueil proche d'un témoin liquide et non moins transport des mémoires. Un tourbillon que je posterai tentatrice que tu es, en quelques photos.

    RépondreSupprimer