Nourriture spirituelle, littéralement parlant.




Pour ceux qui me suivent et me connaissent, en ce moment vous aurez sans doute remarqué que je suis beaucoup moins présente, que je supprime pas mal de choses, que j'en minimise d'autres. Je ne vais pas vous faire le coup du "sur le net on a tendance à s'étaler blablabla", ça n'a jamais vraiment été mon cas comparée à d'autres, j'ai toujours essayé de faire en sorte que mes espaces soient cohérents et complémentaires. Je me souviens il y a quelques mois je m'étais triturée le cerveau pour savoir si je divisais Walda' pour créer un autre blog qui parlerait d'une vie simple. Sur le moment, je me suis dit qu'un blog à part toucherait sans doute un plus large panel de personnes dont celles qui ne sont pas dans la spiritualité mais que ce genre de choses intéressent tout de même. Plaire pour plaire et contenter tout le monde, je pense qu'on a tous essayé ça une fois, ce n'est pas un mal. Le problème c'est que je ressentais une gène au fil du temps, je ne comprenais plus ma logique dans le fait de mettre d'un côté Une vie simple et d'un côté Walda', alors que la base des deux est ma spiritualité. Sans doute parce que j'ai l'impression d'être un ovni en parlant de nourriture et de spiritualité (je n'ai lu aucun autre blog francophone qui parle de ça, je veux dire de bouffe spiritu' perso pas d'articles informatifs) et que je n'ai aucun retour là dessus je me suis dit que ça n'intéressait personne et que je ferais mieux de garder tout ça pour moi. Seulement, je ne suis plus tellement pour le réflexe de la tortue, si je fais un blog il faut accepter les règles du jeu, parler de choses qui tomberont dans l'oubli et dans la perplexité générale autant de celles qui seront appréciées. Je sais maintenant pour sûr que vous êtes une petite poignée de personnes qui me suit régulièrement, merci de tout cœur déjà, ça me fait vraiment très plaisir (je me dis que j'écris pas que des conneries quoi), je sais qu'il y en a d'autres qui ne se sont jamais manifestés merci aussi d'être là ! Donc revenons à nos moutons : la bouffe spirituelle.
Kessese c'est ? Comment que qu'est-ce ? Bon. Premièrement, l'article ne sera pas court mais je pense que vous avez l'habitude. J'avais déjà parlé de tout ceci y'a longtemps notamment avec cet article, cette magnifique citationma rageact 1act 2, vous ne voyiez probablement pas où tout cela allait mener, ce n'était pas seulement des images postées pour se la jouer militante de la graine, ce n'était pas pour rager contre cette-société-capitaliste-de-merde-oh-my-god, ce n'était pour rien de précis en fait, simplement pour partager des points de vus. Au départ moi-même je ne savais pas où j'allais avec ça, il y avait un appel certain "ouvre les yeux, éveille toi", une onde qui revenait sans cesse dans mon esprit, dans mon corps, impossible à taire, impossible à éviter.

J'ai l'impression de ralentir un peu cette explication parce que je ne sais pas par où la commencer. Dans tout ce fatras, qu'est-ce que vous allez comprendre ? ...

Donc cet appel. Clairement pas du tout un acte politique, ni citoyen, pas l'envie de rejoindre un mouvement, une cause, une mode. Il s'agit "simplement" d'un éveil de conscience qui est venu par pallier depuis 2 ans environ et qui a fini en beauté ces derniers mois. L'éveil de conscience de quoi ? Tout d'abord un tout petit topo sur ma façon de voir les choses et de les avoir découvertes, après moultes lectures et visionnages de docu anglais pour la plupart (tellement plus avancés sur le sujet)  :


- la nourriture industrielle est avant tout un produit marketing, c'est à dire qu'il n'est pas pensé en premier pour nourrir quelqu'un mais pour le séduire et lui faire acheter. Le produit est conçu suivant plusieurs critères tels que la couleur, l'odeur, le son qu'il produit lorsqu'il est rompu, mâché, croqué, sa texture. Je n'invente rien il y a des tas de documentaires qui montrent comment ce processus est créé et pensé, et c'est d'ailleurs très intéressant. Donc ce que vous achetez comme "nourriture" c'est comme si vous alliez acheter la dernière playstation, aucune différence.

- le sucre et la maltodextrine sont ajoutés dans tout, absolument tout, pour provoquer un effet d'accoutumance pour que les gens y reviennent encore et encore. Là non plus pas besoin de sortir de la cuisse de Jupiter pour le savoir, en prendre conscience c'est autre chose.

-  les produits raffinés = aucun intérêt nutritif. Tout ce qui est blanc (sucre, pain, pâte etc) équivaut pour imaginer la chose à du plastique, on a enlevé tout leur intérêt nutritionnel.

- les bonnes graisses sont majoritairement présentées comme des aliments à "haute valeur nutritive" qu'il faut consommer peu, voire pas du tout, parce que "caloriques" et "sucrés" comprendre par là que c'est du vrai sucre pas leur sucre à eux donc ça ne leur rapporte rien de nous dire que c'est bien d'en consommer. Le sublime marché des calories est une vaste blague à lui seul et une énorme fadaise.

- Tout ce qui n'est pas préparé par soi-même ou qui n'a pas une liste des ingrédients claire qui ne fait pas 6 lignes = poubelle.



Ceci a mis plusieurs mois à s'intégrer dans ma tête. Je savais ces choses, mais elles n'avaient aucun impact dans mon crâne lobotomisé aux pubs et images quotidiennes. Mais les fissures se sont agrandies au fil du temps et quand les bonnes informations sont passées à l'intérieur un retour en arrière fut absolument impossible et inconcevable. Maintenant j'entre dans une explication énergétique, telle que je l'ai comprise et telle que je la ressens intérieurement. Les informations qui entrent dans ma tête agissent comme des informations énergétiques, des capteurs, c'est à dire qu'elles ont un impact direct et visible sur et dans mon corps. J'ai des rejets mentaux et physiques que je n'avais pas avant. Cette information qui circule continuellement en moi je la vois souvent comme des ondes bleues, du style des aurores boréales, qui vont et viennent lentement en se déployant. Elles se déploient également autour de moi et interagissent avec l'information énergétique d'autres corps, pour exemple celui de mon fils et du Renard. Plusieurs fois, sans avoir les sensations physiques, j'ai su que ces informations énergétiques dialoguaient entre elles.
Je peux également sentir quand mon corps est "content", bien alimenté, et quand quelque chose coince. Quand on dit que le corps parle ce n'est pas un effet de style c'est une réalité mais il faut arriver à comprendre ce langage et c'est ça qui prend le plus de temps. Présentement ce que je vous raconte, vous n'y pigez peut-être rien, mais je sais que quelque part cela va mettre en route une petite synapse qui va se réveiller et en réveiller d'autres ...

Ce qu'il ne faut pas oublier c'est que certes on peut influer mentalement sur le corps, mais on ne peut pas le duper sur le long terme. Et quand il va vous faire comprendre qu'il a saisi que vous le preniez pour un abruti je peux vous garantir que le retour de baffe est interstellaire.

Il y a des aliments qui transpirent littéralement la spiritualité pour moi, mais pas du tout pour les mythes qui s'y rapportent, les légendes et les correspondances. C'est un truc totalement personnel, développé au fil du temps, et que l'on ne peut même pas vraiment expliquer tant on se trouve à court de mots. Mais quand je mange certains aliments, c'est juste de la joie. Une joie profonde, simple, pure, je me sens parfaitement connectée au végétal, à la vie, je pourrais parfois même voir les effets énergétiques dans mon corps et sur ma propre énergie. Je ne me dis pas : "ça c'est bon pour mon estomac, je vais bien le digérer, c'est bon pour la santé". Non, ces codes sociaux n'existent plus, ces remarques de la petite voix intérieure n'ont plus de sens. Ce qui vient se sont juste des sentiments, plus de blabla mental, ce sont juste des sensations pures. Un bien être monumental, parce que les choses doivent être ainsi. Le corps a besoin de nourriture simple, il a besoin de couleurs, il a besoin de tout ce qui n'est pas transformé.
Ces sensations je ne les ai pas eu tout de suite, je commence juste à les ressentir alors que cela fait plusieurs mois que mon alimentation a changé. Mais il y a eu très très nettement un changement intérieur tout autant qu'extérieur. Hier j'ai eu la confirmation que ma peau avait changée, mes cheveux ne s'abiment quasiment plus, mon visage est plus lumineux. Et on sent totalement la différence aussi entre la santé intérieure du corps qui transparait de fait à l'extérieur et juste des produits qui permettent de donner bonne mine. C'est une sorte de lumière qui n'est pas du tout la même, les produits peuvent masquer les imperfections, cacher la misère, donner une illusion. Mais irradier c'est tout à fait différent.  Trouver ce chemin intérieur est vraiment très long. Même si on le veut il n'est possible que lorsque l'éveil a été amorcé, on ne peut pas le forcer.

La nourriture-pourriture en revanche annihile au fil du temps, comme si vous fumiez : le goût, l'odorat est changé, amoindri et parfois supprimé (j'ai assez pu le constater avec mon père). Elle induit également les cauchemars, la mauvaise humeur, la dépression, la mésestime de soi etc. La confort food n'aide pas, au contraire, ça enferme dans un cercle vicieux : je suis pas bien, je vais me taper un brownie, je suis qu'une grosse vache j'ai pris 3kg avec ce truc, etc etc .. Ce n'est pas pour rien si, quand on s'y intéresse d'un peu plus près, on lit que les personnes qui vouent leur vie à la spiritualité d'une certaine manière ou d'une autre (pas besoin d'être yogi ou un ascèse pour ça) réduisent considérablement leur alimentation, deviennent végétariens, ne mange que ce qu'ils cultivent etc. Ce n'est pas pour rien, vous ne vous êtes jamais demandé pourquoi il faisaient ça ? Quelle relation s'était instaurée entre la nourriture et leur spiritualité ? Moi je m'étais toujours posée la question et maintenant j'ai un début de réponse. On ne peut pas passer à côté, la nourriture et la spiritualité sont complètement, intrinsèquement, totalement, et ce depuis des millénaires, liés. Seulement, nous l'avons complètement oublié, nous avons complètement perdu ceci de vue, parce que nous vivons dans un monde de surabondance.




Alors, je sais, vous allez me dire : j'ai pas le temps, j'ai pas les moyens, je suis trop occupée, j'ai une vie moi madame, je travaille etc. Moi je vous dit : sortez vous les doigts. La majorité des informations pratiques que j'ai dénichées par la suite venaient de filles totalement overbookées, de nana avec des gamins plein la maison, des étudiantes avec des horaires de malade. Pourtant, elles y arrivent, c'est curieux non ? C'est un choix que vous faites. Soit vous décidez de ne plus vous trouver d'excuses, soit vous restez confortablement assis dessus en les sortant chaque fois que vous ne voudrez pas voir la vérité en face et que vous ne l'accepterez pas. Oui je travaille pas, oui je m'occupe de mon gamin à la maison en plus de tout le reste, mais quand je travaillerais se sera pareil je vais pas arrêter du jour au lendemain sous prétexte que mes journées seront plus chargées. On ne vous demande pas de tout changer dans l'heure qui suit, allez hop c'est la fête, on vous dit pas de tout acheter bio (c'est pas mon cas), on vous dit pas de vous démerder à aller dans une ferme chercher vos produits et tout ce qui s'en suit. Il faut y aller petit à petit, sans se prendre la tête, sans stresser. Et, surtout, apprécier les efforts que l'on fait, les petits pas qui nous permettent d'avancer lentement mais sûrement. Seulement, tout ce que l'on fait il faut le faire consciemment, si c'est le cas personne n'a le droit de venir chier dans vos bottes. Vous faites, vous assumez, c'est royal, c'est tout ce qui compte. J'ai beaucoup bavé sur le local et le "de saison", pourtant j'ai acheté des courgettes en janvier pour mon fils pour je ne sais plus quelle raison et j'ai pas honte de le dire. Certes, ça ne colle pas avec tout le reste, mais j'assume quand même, et je continue dans ma lancée. Le plus important c'est pas les petits écarts qu'on fait, c'est de rester sur le chemin qu'on s'est fixé, et plus on y reste et plus les écarts disparaissent. Pas la peine d'être une bête avec soi-même, je vais pas me rendre malade parce que j'ai acheté un truc hors saison. Par la même occasion on devient beaucoup moins tête de taureau envers les autres, on est plus souple et ça nous permet de mieux les comprendre. Ça permet de ne pas devenir extrême et complètement aveugle. Et je trouve ça plus sain de se l'avouer que de jouer à la personne parfaite qui n'existe pas, qui culpabilise les autres, qui les frustre. Non merci je suis pas une bitch à ce point là.


Donc, pour conclure, oui sur ce blog la bouffe va reprendre du service, oui je vais donner des tas de super bonnes recettes, et même que vous me remercierez, oui je vais encore en parler dans des articles à rallonge et j'espère, j'espère, que plus vous lirez (si vous fuyez pas avant) plus quelque chose va gigoter à l'intérieur. Si vous en avez posez-moi toutes les questions que vous voulez, en commentaire en anonyme ou pas, par mail, j'y répondrais vraiment avec grand plaisir, surtout ne vous gênez pas, parce que je sais combien le sujet est très vaste et qu'on peut vite se perdre au milieu d'informations totalement aberrantes et contradictoires.


10 commentaires:

  1. Maaaaaaaannnnnnnnger :D :D :D :D
    Fais-toi plaisir en écrivant à ce sujet, et fais-nous plaisir par la même occasion ;) Personnellement j'adhère totalement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Sidu ! J'étais à peu près sûre que tu allais aimer :D

      Supprimer
  2. Que du bon !! Je regrette toujours qu'on ne parle pas plus du rapport à la nourriture !

    Ce que tu décris comme expériences de l'écoute du corps... fascinant. Moi ça ne passe pas trop par la nourriture (sauf quand j'ai des envies "à thème" qui sortent de nulle part, où mon corps m'indique ce qu'il manque) mais par contre j'ai vachement appris à l'écouter depuis que je suis tombée malade. Ca avait été une énorme découverte. Y a plein de signaux, plein de choses... et j'apprends à redécouvrir des plaisirs simples, des couleurs, la satisfaction... un chemin complètement parallèle au tien, même si j'ai un rythme d'escargot.

    Mais j'ai souri dans ton article, quand tu mentionnes qu'il faut sortir des cercles vicieux de culpabilité et autre ^^ C'est vrai que ça c'est un truc qui était ancré SUPER profond en moi, et c'est toi qui avais mis le doigt dessus, depuis je fais mon chemin. Le truc c'est pas d'être parfait, mais d'être en chemin. De me dire qu'on mange pratiquement aucun plat cuisiné, donc que finalement c'est déjà un énorme pas en fait XD Moins de sel, pas d'additifs, ... et puis je pioche, j'essaie, des légumes, des fruits, moins de viande (ça c'est chaud)... tout doucement. J'apprends, et à mon âge c'est normal. ^^ Et c'est déjà pas mal.

    Bref, je suis toujours tellement ravie d'en savoir plus, ce que tu fais c'est un gros travail, et pour les gens comme moi qui n'ont pas le temps de faire des recherches, c'est toujours une énorme source d'inspiration et d'apport.

    RépondreSupprimer
  3. Je ne suis pas surprise par ton article, c'est un chemin que je t'ai senti prendre récemment. Là où je suis plus étonnée, c'est quand tu dis que peu de gens lient spiritualité et nourriture. Personnellement, les deux démarches, si il y en a deux, se sont faites ensemble, dans la même découverte, et je ne vois pas comment l'une peu aller sans l'autre. Découvrir sa spiritualité, c'est en premier lieu aller vers la Nature, et donc, qu'est ce qui nous lie en premier lieu à elle ? La nourriture, les produits de la terre, vers lesquels je me suis tournée sans même y penser. Cette relation corps/esprit est tellement évidente, et j'abonde quand tu dis que le corps te le rend bien…
    Redécouvrir cette connexion, prend du temps, énormément, des efforts, sur tous les plans. Se débarrasser d'années d'idées, d'envies, d'images, de goûts pollués est plus que difficile, car cela remet en cause à la fois tout un pan de notre histoire, mais on se prend aussi une énorme claque quand on "réalise" à quel point on était à côté…
    Bref, je ferais volontiers et longtemps l'ovni à tes côtés…;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne dis pas que peu de gens lient la spiritualité et la nourriture mais que peu en parlent sur leur blog. "Découvrir sa spiritualité, c'est en premier lieu aller vers la Nature", je ne suis pas totalement d'accord avec ça. Avant d'aller vers la Nature c'est en premier lieu vers soi qu'on va.

      Supprimer
  4. Et bien curieusement, avant d'aller vers moi, ou plutôt pour aller vers moi, j'ai eu besoin de retourner à la terre, de retrouver ces racines perdues,d'aller de l'infiniment grand, à l'infiniment petit... Et puis aussi, parce que je nous crois intimement liés à cette Nature, la découverte de l'un passe forcément par l'autre, pour ce qui a concerné mon cheminement... ^^

    RépondreSupprimer
  5. Ça fait quelques temps (4 mois peut-être?) que je mange mieux ( mieux dans le sens plus sainement, je ne suis pas encore rendu à un stade de saison\hors-saison comme toi) et tes perceptions envers la nourriture m'inspire beaucoup pour aller de l'avant là-dedans. J'ai bien conscience que ça ne m'arrivera pas de sitôt, bien que la spiritualité m'intéresse beaucoup, je ne crois pas être très «évoluée» dans ce domaine (le mot n'est pas juste). Bref, je dis que la spiritualité m'intéresse beaucoup, mais ce concept de nourriture spirituelle tout autant, je vais être ravie de découvrir tes recettes, en espérant pouvoir les faire! Et un dernier mot, j'aime beaucoup ton blog, je suis vraiment heureuse d'être tombé dessus par hasard, c'est dommage qu'il y ait peut de gens qui tienne des blogs dans la même thématique que toi (du moins en français)!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Sharkie et merci de ton commentaire !
      Tu as raison, les choses se feront petit à petit, mais si tu continues à écouter ton corps tu verras que tu feras des bons de géant parfois sans t'en rendre compte =)

      Si la spiritualité t'intéresse, tu as ouvert la bonne porte à ton être, le reste se fera tout seul ;)

      Des blogs francophones sur la spiritualité il y a en plein ! Et des super chouettes ^^ Je dois réactualiser ma liste, mais n'hésites pas à parcourir ceux que j'ai déjà mis à droite.

      Supprimer
  6. je suis d'accord avec toi à 100%
    imagines comment je me sens de voir mon fils manger de la viande crado et des trucs industriels et déséquilibrés à la cantine? (j'ai tout chercher comme solution, nounou, IEF...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'y pense justement à cette future cantine .. je sais pas comment ça marche encore ici mais je redoute le moment où il devra manger en dehors de la maison :/ à cet âge là ils ont pas le choix et des cantines bio/locales/qui s'intéressent à ça, ça court vraiment pas les rues alors que ce devait être absolument obligatoire ! Il faut éduquer les enfants au goût et à la nourriture saine le plus tôt possible.

      Supprimer