Minuit zéro un



" Il faut tenir à une résolution parce qu'elle est bonne et non parce qu'on l'a prise."
La Rochefoucauld


J'ai toujours trouvé 00:01 fascinant. Ça a toujours été un moment suspendu. J'aime vivre chaque nouvelle année car je sais que partout ailleurs dans le monde (peu importe le décalage) des gens se sont embrassés, serrés dans les bras et se sont souhaité le meilleur. Je sais que la tradition des résolutions tombe en désuétude, les gens tournent cela au ridicule ou bien affirment qu'il n'y a pas un jour dans l'année où il faut le faire mais constamment. Pour moi pourtant c'est un moment totalement magique, un moment spécial où une énergie spéciale s'écoule. Ce 00:01 est l'occasion d'actes spirituels chargés d'une intention puissante et précise. J'adore en faire pour l'occasion, très tard dans la nuit, ils sont porteurs d'une symbolique qui m'est propre et que je peux ressentir.
Cette année j'ai pris une seule résolution : réussir et aller jusqu'au bout de tous les projets que j'entreprendrais. Bien entendu il ne s'agit pas d'en faire une tonne mais de cibler les plus importants et les plus accessibles à ce jour. Cette résolution est devenue un mantra, autre acte spirituel.

2012 a été une année vraiment très forte, très chargée en émotions puissantes, plus négatives que positives. Les débuts de la maternité ont été un vrai cauchemar, ma vie amoureuse en a pris un sale coup, mes études sont restées à zéro pendant plus d'un an, énorme déception familiale, blow out mental total un soir dont je me souviendrais longtemps ... je crois que jamais je n'ai autant poussé mes limites mentales jusqu'à l'extrême limite. Cette nouvelle année arrive donc comme une promesse, 365 jours vierges où le plus beau reste à venir. J'ai décidé que se serait une belle année qui compenserait toute la merde qui a pu survenir l'année passée. Quand on choisi de ne pas se laisser balloter par les aléas de la vie on prend conscience du pouvoir que l'on détient. On comprend que l'on peut totalement décider de tout et même quand surviennent des étapes on peut choisir la manière de les passer sereinement.

En fin d'année dernière un fait totalement logique et inéluctable s'est ancré en moi. Toue l'année j'ai travaillé sur ce point et maintenant j'ai réussi à l'intégrer. Ne pas se comparer aux autres. C'est ce que j'ai fait toute ma vie et il m'a fallu un an pour me débarrasser de cette manie qui nous focalise sans cesse sur nos prétendus défauts en trouvant toujours tout mieux chez les autres, alors que c'est souvent faux. Cette déformation mentale incroyablement handicapante, qui s'insinue comme du poison, n'est pas fatalement là pour toujours dans notre tête. Bien sûr parfois il m'arrive encore de partir de travers en pensée mais j'ai acquis le réflexe de vite me reprendre et de tourner les choses autrement. Au lieu d'envier les autres pour des choses qu'ils auraient et pas moi je m'en inspire. Je me dis "tiens, c'est bien ça, est-ce que je pourrais faire pareil ou bien le changer comme ci et comme ça ?". L'exercice fait travailler l'imagination et la créativité, que demander de plus ?

Je suis également heureuse d'avoir trouvé un chemin de vie sur lequel je reste et qui se renforce. Je ne peux plus parler de spiritualité chaotique et ma pratique commence même à émerger de façon plus concrète. Quelque chose qui me semblait encore totalement flou il y a quelques mois.

Une pratique m'a aidée pendant toute cette année, plus que tout autre, et qui a été salutaire dans bien des cas, c'est le lâcher prise. On ne se rend pas compte du pouvoir de cet acte tant qu'on ne l'a pas expérimenté. C'est un état mental, presque physique parfois tant cela est fort, qui arrive comme une libération dans des moments très durs. Quand on pense que ça y'est on est entrain de toucher le fond, qu'on y arrivera pas, qu'on va mourir de douleur, que tout est foutu, il y a encore quelque chose dans notre esprit qui nous dit : non. Alors on commence à respirer, même si on pleure en même temps à s'en déchirer l'âme, on respire, encore et encore, lentement et on rentre en soi-même. Et là, quelque part dans la tranquillité profonde de notre être, on trouve une source de silence, de neutralité, une suspension dans un noir infini rassurant. Quand on ouvre les yeux le problème a disparu, les soucis redeviennent ce qu'ils sont : des instants qui ont forcément une voire plusieurs solutions. Tout d'un coup on trouve le bout de l'impasse qui s'ouvre miraculeusement devant nous. Le lâcher-prise c'est ce moment unique où quelque chose s'éclaire, où quelque chose a tourné le bouton ON et que tout se met en place alors qu'auparavant on était prêt à aller se pendre ou en tout cas à sombrer dans une réelle dépression. Pour moi c'est l'acte le plus puissant que je connaisse pour l'instant et que j'expérimente très régulièrement. 


Tout ce que je peux souhaiter de tout mon cœur pour cette nouvelle année c'est que vous expérimentiez cet acte dans votre vie et qu'il devienne un automatisme lorsque tout vous semble sombre et que les obstacles semblent infranchissables ...

5 commentaires:

  1. Merci de tes mots.Je l'expérimente aussi enfin sur certains points de ma vie , après des années de travail là-dessus et sur diverses autres choses.Bref ça fait chaud au coeur de lire ça , en ce début d'année, où tout reste à faire ;) .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci =) Le lâcher prise est très long à travailler mais une fois qu'on prend l'habitude de l'intégrer quotidiennement c'est vraiment d'un grand secours.

      Supprimer
  2. Quel bel article, qui tombe bien (ou avec ironie ^^')
    2013 commence assez mal pour moi, genre crise identitaire bien violente et ton paragraphe sur "arrêter se comparer aux autres" ... Disons que ça fait écho.
    Bonne année à toi également !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Courage Nuno ! Les crises identitaires sont certes désagréables mais totalement indispensables. Si tu le souhaites je peux faire un article plus détaillé sur ce que tu as mis entre guillemets =)

      Supprimer
  3. 2012, une année de m... certainement. Je suis la première à le dire. Mais pourtant, en te lisant, et en t'ayant suivie, je ressens cette maturité, ce changement en toi. Ce recul, qui fait que tu t'éparpilles moins, parce que justement tu sais reconnaître ce qui t'importes, TE reconnaître, même dans ce qui est fait par d'autres. Un énorme et beau pas en avant.
    En te lisant, j'aurais pu me reconnaître dans la démarche, même si je n'ai pas travaillé les même choses (bien que le lâcher prise en soit une des bases..). Il est primordial de savoir, pouvoir se débarrasser de ses carcans... Je souhaite que cette année te mène vers tes nouveaux projets, d'un pas ferme, volontaire et léger... <3

    RépondreSupprimer