Apprendre à s'aimer



Depuis quelques temps je réfléchis beaucoup à propos de la confiance en soi et de l'amour propre. Je me suis rendue compte, en remontant dans mes souvenirs, que je ne me rappelle pas, à aucun moment, que mes parents m'aient dit d'avoir confiance en moi, de croire en mes capacités, et de m'aimer comme je suis. J'ai réalisé alors qu'un gouffre énorme s'est installé petit à petit dans ma vie, je ne savais pas m'apprécier et on ne me l'apprenait pas, comment aurais-je pu grandir sainement dans cette société qui était déjà à l'époque si haineuse à propos de tout et surtout de l'humain ?

Quand mon fils découvre quelque chose par lui-même je veille toujours à le féliciter et à lui donner confiance en lui en lui disant des phrases simples mais qui à mon sens prennent toute leur importance : "Tu peux y arriver" - "Ais confiance en toi / ais confiance en maman-papa" - "Tu es un petit garçon gentil et intelligent" - "Bravo ! Tu as bien compris c'est très bien !" etc ... Vu comme ça, on pense que ce ne sont que des mots mais les enfants comprennent très vite et très tôt les mots d'amour, les mots de réconfort, de sagesse, de compliment. Pour moi il est indispensable de créer cette bulle de confiance pour lui, qu'il continuera de faire grandir ensuite tout seul. Je me dis "si ce n'est pas nous qui lui apprenons qui va le faire ? personne d'autre et c'est notre rôle de toute manière". 

A bientôt 30 ans je regarde derrière moi et je me dis que mes années 20' je les ais passées entièrement à chercher l'amour, l'amour que je pourrais donner à quelqu'un et l'amour des autres envers moi. Mais je n'ai pas cherché, à aucun moment, à m'aimer en premier. Je n'ai pas compris que c'était le plus important, bien avant le reste. Je n'ai pas compris à quel point j'écoutais trop tout ce qu'il y a autour de moi et combien cela m'avait éloigné de mon dieu intérieur. Le monde est si rempli de colère, de frustration, de tristesse et quand je pense à cela avec détachement la seule réponse qui me vient en tête c'est que personne ne nous apprend à nous aimer ... nous déambulons en cherchant des choses à l'extérieur de nous mais nous sommes sourds à cet amour qui crie profondément. Nous sommes comme des petits animaux sans défense qui mordent et jappent parce qu'ils se sentent seuls et désoeuvrés, perdus sans parents, sans sécurité, sans amour, laissés à l'abandon et au bon vouloir des autres. On met l'altruisme sur un pied piédestal en oubliant totalement la personne, il faut toujours aider les autres, pour ceci pour cela, pour la faim, pour la maladie, pour les orphelins, mais une fois chez soi dans son canapé on se sent infiniment seul.

Alors, comment apprendre à s'aimer ? Par où commencer ? Il n'y a aucune recette miracle, aucun livre qui vous le dira bien qu'ils foisonnent par milliers. Apprendre à s'aimer c'est au contraire se déconnecter de tout ce fatras théorique, de faire off et de s'éloigner des bruits du monde. Il faut écouter le silence, se retrouver seulement face à soi, comprendre ses peines, comprendre pourquoi on se sent si mal aimé. Et comprendre, surtout, pourquoi on arrive pas à s'aimer. Éradiquer les éternels "je ne vaux rien, je ne suis pas assez compétent, je n'y arrive pas, je n'ai aucun talent, je ne suis pas digne d'être aimé (le plus ridicule que l'on puisse se dire)" etc. Éradiquer une par une ces phrases assassines, venues pour la plupart d'automatismes extérieurs qui n'ont rien à voir avec vous mais que vous absorbez sans y prendre garde, de paradigmes sociaux que l'on boit chaque jour et que l'on croit, la preuve, même si on pense être imperméable. Et les remplacer par des phrases simples, positives. Pas la peine de s'encombrer de tout un discours philosophique, c'est la simplicité qui touche directement le cœur et l'esprit, ça ne sert à rien de faire compliqué.

Je suis la reine de la procrastination, comme beaucoup d'autres reines et rois dans le monde. J'ai récemment découvert que ce n'était pas juste un effet de mode pour se la raconter mais bien une maladie psychologique qui peut devenir extrêmement difficile à vivre. Procrastiner c'est l'action de toujours repousser au lendemain. Il y a des personnes qui repoussent seulement de quelques heures, de quelques jours mais font quand même les choses. Il y en a qui repoussent pendant des jours, des mois, des années, et ne font toujours rien, stagnent, et sont enfermés dans ce cercle vicieux. J'en fais partie, sans rentrer dans des détails personnels, je repousse certaines choses depuis 2 ans pour l'une et 1 an pour la deuxième. Quand j'y pense j'ai littéralement envie de me fracasser la tête contre les murs, parce que je sais que je dois faire ces choses mais je n'y arrive pas, je trouve toujours une excuse, quelque chose de soit disant plus urgent à faire (alors qu'elle ne l'est jamais). Le temps passe, vite, et on se retrouve avec une culpabilité monumentale, une mésestime de soi qui grandit jour après jour, une incompréhension totale "mais pourquoi je m'inflige ça, pourquoi je fais ça ?". 
On ne fait pas ces choses parce qu'on a peur, peur de paraitre bête au téléphone/devant la personne, peur de ne pas faire quelque chose d'assez original et parfait, peur de décevoir etc. On en revient au même problème : aucune confiance en soi, aucun amour propre.


Je combats tout cela du mieux que je peux, le chemin est très long, mais je sais que je peux y arriver. Apprendre à m'aimer relève pour moi de la quête du Graal, se sera mon plus bel accomplissement spirituel, probablement. Voici par quels moyens je m'y prends, ce n'est pas une liste exhaustive mais elle vous donnera peut-être des idées et je l'espère l'envie de vous lancer. N'ayez pas peur d'en parler, nous sommes tous en manque et en quête d'amour, et s'aider mutuellement permet d'aller encore plus loin, de marcher sur un chemin encore plus beau.




- méditation/yoga, pour apaiser l'esprit et ordonner au mieux ses pensées. On peut également coupler avec des méditations sur l'amour, le dieu intérieur, etc ..
- petites créations, il n'ya rien de plus valorisant que de contempler avec fierté quelque chose que l'on a fait de ses dis doigts. Pas la peine de viser un chef d'œuvre, quelque chose de simple, pour décorer ou qui peut servir suffira amplement.
- manger sainement, vous montrez que vous vous respectez et que vous savez vous faire plaisir.
- dès que je sens que je vais penser une phrase débile (j'y arrive pas etc) ou que je commence à vouloir remettre à plus tard, je récite comme un mantra une ou plusieurs phrases positives et je me mets tout de suite à la tâche.
- je m'entoure de choses positives, des images, des citations, mais pas trop.
- je m'aère l'esprit, je sors, rien de mieux pour faire une bonne pause et m'oxygéner le cerveau afin de repartir en forme sur la tâche à faire
- faire des petites listes, les regrouper par thème, mais jamais trop grandes ça a tendance à plus décourager qu'autre chose en voyant la montagne de travail. Si vous avez peur d'oublier le reste vous pouvez toujours en faire une très grande et ensuite la diviser.
- apprendre à se faire plaisir de temps en temps, un massage, un spa, un sauna, quelque chose qui détend et fait du bien au corps plus que d'aller dans 10 magasins pour des fringues.
- je n'aime pas les systèmes de récompenses (ça engendre un cercle vicieux) mais si pendant un temps vous en avez besoin pourquoi pas, lorsque vous avez fini quelque chose qui a demandé un gros investissement faites vous plaisir, des choses simples, pas forcément besoin d'acheter !
- lire des livres inspirants, de personnes qui ont atteint leur rêve, qui ont gagné un combat, etc, c'est toujours très inspirant et ça donne de la force.
- s'entourer de personnes qui vous aiment pour ce que vous êtes et non pas pour avoir quelque chose ou vous dévaloriser, apprenez tant qu'à faire cette phrase : si les gens tentent de vous rabaisser c'est simplement parce que vous êtes au dessus d'eux. Que ce soit des personnes proches de chez vous ou via le net, l'amour fait fi des "limites" humaines.
- éviter les informations, les drames, les choses négatives que l'on nous ressassent sans arrêt histoire de bien nous conditionner "oh mon dieu le monde va si mal, les dettes, les guerres, le chômage, mais surtout n'arrêtez pas de consommer hein". Cela fait presque 1 an que je ne regarde plus les infos télévisées et ça ne me manque pour rien au monde ! Si je souhaite savoir quelque chose de précis je regarde sur le net, sur différents sites pour pouvoir comparer.



Je ne suis pas partisane du "racontez moi votre enfance" dès qu'il y a un problème dans la vie, pas besoin la plupart du temps de remonter si loin, il suffit de voir l'état de la société dans laquelle on vit, les préjugés, stéréotypes et autres simagrées que l'on traine siècle après siècle comme un boulet au pied. Nous faisons ce monde, automatiquement tout nous touche, il faut donc penser large et prendre en compte tout un tas de facteurs. Apprendre à s'aimer ce n'est pas juste se regarder le nombril et se trouver beau quand on se regarde dans la glace c'est aussi pouvoir donner cet amour et se sentir bien, c'est avoir assez confiance en soi pour aider à faire bouger les choses, c'est avoir les idées et la parole claires pour réconforter quelqu'un, c'est arrêter de se regarder dans le miroir pendant 20 mn en se demandant si la tenue que l'on porte est convenable aux yeux des autres, de même que pour la vie que l'on a choisi, enfin c'est assumer chaque acte, chaque décision, chaque parti pris pour avoir la force de dire, bien campé dans ses chaussures, bien relié à la terre : voilà tout ce que je suis et tant pis si cela ne vous plait pas.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire