Origines


Cet article va faire double emploi, parler de mes origines et l'illustrer par le premier thème des chemins de lumière qui a repris.

C'est drôle comme les synchronicités peuvent être partout. Après avoir regardé Inquisitio je ne sais pas pourquoi quelque chose est remonté sur mes origines prétendument juives. Dixit une cousine, LA cousine, qui a fait les recherches que je lui demande depuis près de deux ans (et que j'aurais sans doute jamais) notre famille, du côté de mon père, serait d'origine juive espagnole. Hier soir ne trouvant pas le sommeil j'ai longuement réfléchis à tout cela. Je me suis posée tout un tas de questions, la plupart qui n'auront jamais de réponses, ou très tardives. Qui suis-je ? est celle qui est revenue en boucle. Je ne me rappelle plus exactement comment le déclic de connaitre mes racines est arrivé, mais depuis il n'a cessé de prendre une place de plus en plus importante dans ma vie. Jusqu'ici je n'avais jamais accordé la moindre importance à mes ancêtres, à présent je me sens incroyablement nue parce que je ne les connais pas.
Je me suis sentie connectée d'une certaine manière aux traditions juives, pendant un court instant, mais cet instant à suffit pour que je décide de faire beaucoup de recherches. Il y a quelque chose à creuser, je le sens.

C'est drôle car du côté de ma mère je n'ai pas du tout ce problème. Bien sûr je souhaite également connaitre mes ancêtres germaniques mais il n'y a pas ce voile qui semble peser comme une chape de plomb du côté de mon père. Il n'y a pas ce désir impérieux. Probablement parce que quelqu'un sait, et pas moi. Pour elle c'était juste des recherches généalogiques, un hobby, pour moi cela a une toute autre signification, un tiraillement chaque fois que j'y pense, une sourde douleur.

Donc qui suis-je ? D'où viens-je ? Des questions si simples en apparence, mais si fondamentales. Je me suis rendue compte à quel point je me sentais incomplète, sans connaitre ne serait-ce que les noms de mes arrière-grands-parents. Je suis donc un point qui ne sait pas où il commence et où il finit. Je suis un cercle inachevé.

Au départ j'ai cru que je ne rendrais pas l'exercice comme convenu pour aujourd'hui. Aucune inspiration et soyons honnête, aucune envie de le faire. Puis s'est imposée une première image, et une autre, tournant autour d'un point d'interrogation central. En lisant le thème en début de semaine j'ai immédiatement fait le lien avec ma propre histoire ... que je ne connais pas. Comment représenter ce sentiment sans évoquer la douleur ? Je ne voulais pas m'apitoyer sur mon sort, je voulais quelque chose de concret, pour aussi me dire à moi-même : voilà où tu en es, ceci est ton point de départ, maintenant.
Je n'ai pas assimilé le zen, c'est une autre tradition qui n'a rien à faire dans cette histoire. Mais c'est pourtant cette forme si particulière qui m'est venue à l'esprit et j'ai su que c'était celle-ci que je devais créer.
J'aime ces deux représentations, totalement faites sur l'instant, sans réfléchir, j'ai enduit d'encre de chine un gros pinceau dont on se sert pour le blush et j'ai tracé ma forme, deux fois. L'une est pleine, l'autre presque pas. Je n'aurais vraiment pas pu faire plus parfait. Elles représentent exactement ce qui est en moi.







7 commentaires:

  1. Très touchante comme histoire, ta peinture, même si elle est simple, décrit vraiment bien ce que tu vis.
    Apparemment, l'atelier t'a touché profondément. *0*
    J'aurais aimé qu'elle fasse la même chose pour moi pour le prochain thème.

    =)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci =) En fait l'atelier est venu appuyer en quelque sorte une période que je traverse concernant mon identité. Donc oui forcément ça a fait un écho assez puissant.

      TU verras, on est surpris à chaque thème, et avec du recul après quand on revient sur certaines créations on se prend une vraie claque ^^

      Supprimer
  2. Une forme toute simple et qui renferme pourtant une grande force symbolique. Comme quoi il n'est pas forcément utile de faire un dessin sophistiqué ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui ! Je me suis retrouvée devant cette simplicité qui m'a prise par surprise aussi =)

      Supprimer
  3. En fait quand je suis arrivée devant ta participation, je me suis retrouvée sans voix. Je savais aps quoi dire. D'un côté c'est d'une logique terrible, bordel depuis que j'ai 14 ans en calligraphie je me retrouve toujours confrontée à ce tracé du O ! Je me rappelle lors de ma première séance de test, le prof c'était arrêté derrière mon épaule pour regarder et il en revenait pas. Il regardait mes O et me disait : "mais tu les as tracé d'un seul coup?" Et moi de dire "ben... oui" En fait c'est le truc le plus difficile et quasi impossible. Quand j'y réfléchi je me plante tout le temps, et depuis ce jour c'est toujours une prise de tête. Mais lors de cette première séance de test, pour m'amuser, je faisais des O parfaits d'un seul trait....

    Bref. Sans parler de mon rapport au zen et mon intérêt à la calligraphie chinoise et japonaise. Du coup à la fois j'ai été ramenée à mon vécu, et aussi j'ai tout de suite pensé à cette figure fondamentale de l'origine.

    Mais après, je me suis pris une baffe aussi en lisant ton article, et alors je savais pas quoi dire... j'ai profité de ton point de vue, de cette expérience, j'ai trouvé ça beau, mais je me disais que j'allais gâcher le truc en disant quoi que ce soit. C'est à la fois relié à la "tradition" et complètement personnel. Ta perspective de renversement m'a beaucoup touchée. Un point de départ, un vide pour représenter une cible, ou quelque chose qui est là mais qu'on ne veut pas nommer ou qu'on arrive pas à définir alors on en fait le tour...

    RépondreSupprimer
  4. Dans un sens tu vois y'a eu un sacré lâché prise parce que je ne recherchais pas le tracé parfait. Et je sais pas si je l'aurais accepté ne serait-ce que le mois dernier. J'ai fait mes deux tracés et ils m'ont semblé parfaits comme ça, c'était juste ça qu'il fallait, et j'ai été frappée de voir à quel point cette simple forme m'a amenée à un sentiment de quasi plénitude sur l'instant. C'est une forme magique.

    RépondreSupprimer
  5. Tout y est, tout est "raconté" dans ce cercle à la fois net, précis, mais encore à terminé. Tu es les deux, cette forme pleine, et cette forme encore à construire. Je te souhaite d'ajouter bientôt la troisième, totalement complète :)

    RépondreSupprimer