Yaourts maison au lait végétal



J'adore les yaourts et globalement je suis une droguée de tout ce qui concerne les laitages. Mais au fil de mes lectures diverses, sur le net ou dans les livres, je me suis rendue compte - et ceci n'en gage que moi et est ma propre constatation - que les produits laitiers et le lait en général ne sont franchement pas ce qu'il y a de plus sains. Je ne ferais pas une conférence sur la chose, il y a assez de sources un peu partout.
Partant de ce constat mais aussi parce que j'avais toujours eu follement envie d'en faire moi-même, je me suis jetée dans l'aventure yaourtiesque. Et au final on se rend compte que c'est d'une simplicité déconcertante.

J'ai commencé par le lait de soja mais tout les laits végétaux peuvent être utilisés, malgré ce que l'on peut lire sur certains blogs. Pour l'instant je m'en tiens au lait de soja, il est ma base pour tout mes essais, je veux être certaine des mélanges possibles avant de me lancer avec des laits plus couteux.
Après quelques recherches je me suis arrêtée sur la recette la plus simple : du lait et un ferment. Un yaourt de base n'est absolument pas nécessaire. 

Il existe plusieurs techniques pour faire vos yaourts, je n'ai pas de yaourtière donc j'ai opté pour la méthode avec une cocote. Je voulais essayer celle avec le cuiseur à riz mais il est beaucoup trop petit et mes 6 pots ne rentrent pas dedans. Vous trouverez toutes les techniques possibles et quelques informations utiles sur cette page.

J'ai essayé en version nature et en version avec de la poudre de noisette au fond, avant de mettre le lait. Bien évidemment avec le liquide il y a un peu de poudre qui remonte. On se retrouve avec une délicieuse première couche de noisette à la première cuillerée, un régal ! Je dois tester avec des fruits frais, des fruits secs, de la compote et de la confiture maison. Pour ne pas gâcher toute une fournée si jamais l'expérience tourne mal je ne fais l'essai qu'avec un yaourt.


Voici comment je procède.

{ clic ! clic !}

Premièrement je verse le lait dans un saladier puis j'ajoute le ferment en poudre (j'achète le miens en pharmacie mais on peut en trouver aussi en grande surface il me semble) et je fouette pour qu'il se répartisse bien. Je remplis les pots avec une louche et je remue entre chaque pot pour être sûre que le ferment ne stagne pas au fond et qu'il soit toujours bien réparti uniformément.

Pour le thermomètre c'est celui du bain de mon fils, puisque c'est de l'eau dont on veut la température pas besoin d'avoir un super thermomètre de cuisine. Si vous en avez un d'intérieur tout simple ça suffira amplement. Je fais chauffer mon eau jusqu'à ce qu'elle soit à 47°C (je mets de l'eau afin que lorsque je plonge mes pots dedans 1/4 environ soit recouvert), je coupe le feu et je déplace ma cocotte sur une plaque froide. Ensuite je mets mes petits pots remplis dedans, sans leur couvercle, et je ferme.
Ensuite on les laisse faire trempette pendant plusieurs heures : je les fais en fin d'après-midi puis j'ouvre la cocotte le lendemain matin et je les place au frigo en mettant leur couvercle. Je peux ainsi en déguster un à midi. Je ne peux donc pas vous donner de temps précis mais, en général, de ce que j'ai pu lire sur le net il faut compter au minimum 8h00 de trempette + au moins 2h00 de réfrigération.

Et c'est tout ! Fastoche !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire