Un blog spirituel, pourquoi faire ?

Comme beaucoup de blogueurs j'ai eu des périodes où je me suis demandée pourquoi je tenais un blog, qu'est-ce que je devais/pouvais y écrire, à quoi cela me servait, pour qui écrire, quels sujets cibler etc. Je pense qu'avec un blog à connotation spirituelle c'est encore un peu plus difficile car on entre et on propose un univers bien particulier qui n'est pas "populaire" comme un blog d'humeurs ou de make-up par exemple.
A une période dont beaucoup se souviennent encore j'en suis sûre, il y a eu une espèce de guerre des blogs païens qui ne ressemblait à rien et qui a eu pour seul mérite de faire le tri entre les personnes qui tenaient un blog juste pour bien se faire voir et éventuellement cracher sur le dos des gens sans qu'ils le sachent (majoritairement sur des prétendus amis de surcroit) et ceux qui voulaient vraiment partager un peu leur façon de voir la vie et leur spiritualité. 
J'ai eu pas mal de blogs, j'ai eu souvent le besoin de changer de plate-forme, de nom, je n'arrivais pas à trouver ce qui me convenait. J'ai eu aussi des crash suite à des templates qui m'ont bousillé en deux secondes des mois de blogging (c'est ce qui est arrivé pour feu Ancestrel). J'ai toujours eu cette bougeotte esthétique mais je n'ai jamais vraiment songé à arrêter sérieusement d'écrire. Parfois j'ai eu des périodes de silence où je n'avais tout simplement rien à raconter de bien intéressant de mon point de vue. L'idée de laisser le blog un peu en friche ne me dérangeait pas et j'aimais plutôt ça. Par contre je me suis plusieurs fois demandée si cela valait le coup, pour moi auparavant écrire un blog qui n'était pas lu n'avait aucun intérêt, dans ce cas un journal personnel suffisait amplement. Un blog c'est avant tout un lieu d'échanges, ça ne doit pas être à sens unique, c'est un espace de discussions, pas un monologue. J'écris parce que j'aime ça et que j'en ai besoin mais j'ai également et surtout besoin d'avoir les avis des lecteurs, leur point de vue, savoir s'ils sont d'accord ou pas, pourquoi, qu'est-ce qu'ils en pensent etc. Partager est une notion qui a vraiment pris tout son sens pour moi cette année. A quoi ça sert de faire des sites, de s'inscrire sur des réseaux, si on garde tout cela pour soi ? Le net c'est avant tout un gigantesque terrain de découvertes qui nous permet de nous enrichir continuellement, qui permet aux gens de se sentir moins seuls dans une situation particulière, de se tenir au courant les uns des autres sans voyeurisme, de donner tout simplement un peu de soi-même et on en ressort plus opulent intellectuellement parlant mais aussi humainement. En gardant cette idée en tête et cette philosophie si je puis dire, j'ai fais des découvertes plus excitantes et incroyables les unes que les autres. Mon univers personnel s'est enrichi de nouveaux concepts, de nouvelles idées, de nouvelles sources. Et à mon tour je les redistribue afin que cela profite à quelqu'un d'autre qui le relaiera etc .. indéfiniment. J'aime cette idée de chaine, de maillons, que nous formons tous. C'est comme ça que les idées évoluent, qu'elles s'enrichissent, qu'elles se transforment et qu'elles deviennent meilleures.


Au départ je l'avoue j'ai eu tendance à me censurer. Je ne sais pas vraiment si c'était par peur de me montrer telle que j'étais, par manque d'assurance et pour finir par me rendre compte que je n'assumais pas certaines de mes facettes. J'avais aussi peur de rentrer dans des choses trop intimes et que cela me desserve, que des personnes mal intentionnées s'en servent contre moi ou qu'elles raillent dans mon dos, que finalement je ne fasse plus la part de ce qui pouvait être public et ce qui devait rester privé. Je pense que c'est un point qui reste encore très flou, la limite est très mince, et on peut aisément passer outre sans forcément le vouloir d'ailleurs. On est pris dans l'engouement du partage entre blogs et de nos jours la sphère privée est mise à mal par tous les médias à notre disposition. J'ai l'impression, et de plus en plus, que les gens n'arrivent plus à savoir quand garder les choses pour eux et quand en parler. Pour un exemple plus concret dans la sphère familiale il y a des choses dont on ne devrait pas parler, en ce qui concerne le couple, les parents ou les grandes sœurs/frères n'ont pas à être au courant de ce qu'il se passe (sauf cas très graves), il y a une limite entre partager des bouts de vie et être bien trop familiers en allant même jusqu'à connaitre les préférences sexuelles de chacun. Tout ça se sont des choses qui sont utilisées par la suite pour la moindre dispute, le moindre point de vue divergent, c'est extrêmement malsain. C'est comme de raconter une dispute à votre mère que vous avez eu avec votre conjoint alors que ça ne la regarde absolument pas, ce sont des détails mais qui par la suite prennent des proportions insupportables et ridicules. Un foyer est un lieu de vie mais il ne doit pas être ouvert à tout et à tous. C'est la même chose avec un blog. A partir de ce constat j'ai délibérément limité le genre d'article que je voulais publier. Même si parfois ils donnent l'impression que je me livre considérablement ce n'est que la surface, comme un iceberg, on a toujours le morceau le plus gros caché bien au fond de soi.

Lorsque l'on tient un blog centré sur la spiritualité telle qu'elle se manifeste dans notre vie et telle qu'on l'utilise c'est entrer encore plus dans l'intime d'une personne. On livre notre façon de penser, notre façon de répondre au monde qui nous entoure, notre façon de communiquer avec le tout/Tout. La spiritualité c'est notre propre sphère privée en tant que personne, plus privée il n'y a pas. C'est ce qui nous définit complètement. Écrire sur cela est bien plus ardu que tout le reste, souvent parce que ce dont on parle est très difficile à expliquer avec des mots pour des expériences personnelles fortes avec l'énergie ou le divin par exemple. Et souvent les mots sont pauvres face aux ressentis, on se sent limité, étriqué. On ne peut pas trouver les bonnes tournures, on est là devant la page blanche et on se demande comment on pourrait bien faire comprendre aux autres ce qu'il s'est passé. De fait il est assez facile d'être mal compris, d'être pris pour ce que l'on est pas, les malentendus sont nombreux. Alors que nous reste t-il à faire ? Soit se taire soit écrire encore et encore.

Ce qu'il y a de magique avec le net c'est que l'on peut voir absolument toutes les formes de spiritualités. De celle qui nous semble la plus kitsch à souhait à celle qui nous fait complètement vibrer, tout ceci en passant par un arc-en-ciel assez impressionnant de traditions, de philosophies, de religions etc. Et c'est ce qui est intéressant justement, cette diversité, cette pluralité que l'on ne connaitrait pas autrement ou plus tard ou plus difficilement. Ainsi le partage de notre spiritualité prend tout son sens ici dans un blog. Pourquoi faire un blog sur la spiritualité ? Pour montrer à quel point ce domaine est riche et varié, à quel point il est intéressant et très, très loin des clichés encore persistants. Il est évident que cet univers se développe de plus en plus, il faudrait être aveugle pour ne pas se rendre compte qu'il prend de plus en plus d'importance auprès de la population qui tend à revenir à un système de croyance personnel basé sur l'expérience propre et non sur une foi et des dogmes dictés.

Je fais un blog sur la spiritualité, sur ma spiritualité, pour montrer aux autres, qui n'osent pas, qui se posent des questions, que c'est possible et que c'est légitime. Pour montrer que je suis une personne comme une autre, ni plus saine, ni moins, ni plus réaliste, ni moins. Je suis simplement moi et je n'ai pas à me comparer à d'autres. Ma spiritualité est faite d'un mélange qui s'étoffe et se précise année après année, elle est imprégnée de diverses influences culturelles de part le monde, c'est un patchwork de l'âme. Ni meilleure ni en dessous d'une autre, elle est une extension de moi-même, un miroir, une source inépuisable et en perpétuel mouvement.
J'aime parcourir la toile et rencontrer d'autres spiritualités, j'aime apprendre et découvrir, mais aussi réfléchir, confronter, approfondir. C'est ainsi que se déploie la richesse intérieure.
Mon avancée personnelle vient autant de mes lectures et discussions sur le net que ceux dans la vie hors web. Je ne peux pas le dénigrer, pour moi il a autant de valeur que tout le reste, il a pris une part importante dans ma vie même s'il n'est pas palpable il en est indissociable, il n'y a pas le net spirituel d'un côté et la "vraie vie" de l'autre.

Alors, oui, sans aucun doute, cela vaut le coup de prendre un peu de temps pour parler de soi et de ce que l'on vit dans sa spiritualité. On ne sait jamais vraiment qui nous lit, malgré tout les outils de statistiques, mais probablement peut-on se dire, sans orgueil, qu'un ou plusieurs de nos articles vont faire réfléchir plus d'une personne. On ne peut jamais savoir l'impact que l'on a, mais on en a un indéniablement. Le partage, l'écriture, doivent rester un plaisir total et jamais une corvée.

Il n'y a pas de sot partage, pas plus qu'il n'y a de sotte personne. Juste une façon de s'exprimer que nous avons tous à apprivoiser pour nous faire comprendre et ainsi continuer de se tendre la main et de nous voir les uns et les autres tels que nous sommes : des êtres vivants en perpétuelle connexion.

6 commentaires:

  1. Je me suis retrouvée un peu dans ton récit et je trouve que ta conclusion très belle et juste.

    RépondreSupprimer
  2. Merci beaucoup les filles =)

    RépondreSupprimer
  3. J'aime aussi beaucoup ta vision.
    Régulièrement je me re-pose la question. C'est difficile d'être sur une voie spirituelle construite sur les Mystères et l'ésotérique... que peut-on partager, que doit-on garder "secret"?
    C'est étrange que tu parles de ça car j'ai lu un article tantôt qui en parlait et j'ai moi même fait allusion à cette problématique dans le prochain article du blog de la Spirale (à venir, il sera publié bientôt).
    Peut-être est-ce lié à la saison de se poser ce genre de questions: le printemps nous incite à sortir du terrier à communiquer et échanger, mais l'été et ses exubérances ne sont pas encore là... C'est un timide bruissement qui cherche l'équilibre entre jour et nuit, démarche personnelle emplie de mystère et partage sans limite.
    Dur, dur de trouver le "juste milieu". :)

    RépondreSupprimer
  4. Je pense que c'est une question vraiment saine que l'on se pose. Elle nous permet de recadrer, de nous faire comprendre ce que nous voulons partager et offrir. C'est vrai, c'est difficile de trouver le juste milieu, mais quand on prend le temps d'y réfléchir c'est déjà un pas de fait vers tout cela. Merci pour ton commentaire =)

    RépondreSupprimer
  5. Tu sais combien cela m'a coûté de créer un blog et de "m'étaler" ainsi au grand jour... Et pourtant, même si je me pose régulièrement aussi la question de son intérêt, je constate qu'au moins, cela m'a permis à moi, de faire un grand pas vers les autres, mais aussi dans ma lutte contre une pudibonderie excessive (cela dit, pour être du métier, les risques internet existent bien, donc restons prudents...) ; Donc, comme toi, je ne suis pas une fanatique du publier tous les jours, non, mais quand quelque chose me semble important, à moi, et à partager, je le fais. Cela fait aussi partie de mon cheminement.. et si cela peut en aider d'autres, et ouvrir d'autres portes, tant mieux...

    RépondreSupprimer