Quand on pense que plus rien ne va

Je voulais écrire un article depuis plusieurs jours, tant de choses me venaient en tête ces derniers temps mais rien ne voulait sortir littéralement. J'ai décidé de mettre de côté sachant qu'un moment ou un autre l'occasion allait se présenter.
Il y a quelques jours j'ai couché sur papier mes états d'âme, disant en gros que cette nouvelle année commençait exactement comme la précédente et comme toutes les autres avant elle. J'ai presque failli me résoudre, j'ai presque failli me persuader que ce serait probablement comme cela pour toujours et que de toute façon je l'avais, quelque part et dans un sens, bien mérité. Lorsque j'ai relu ces mots aujourd'hui, j'ai ressenti une grande douleur mais surtout un défaitisme que je ne me connaissais pas. Je traverse des moments difficiles comme tout le monde, mais mon caractère bien trempé m'a aidé plus d'une fois à surmonter les épreuves et à aller de l'avant. Pourtant, à travers ces écrits, j'ai eu l'impression que j'avais tout laissé tombé. Cette résignation me mettait mal à l'aise car je ne me reconnaissais pas à travers ces mots.

Dans sa "Nouvelle encyclopédie du savoir relatif et absolu" Werber cite 4 amours différents : l'amour enfantin, l'amour adulte, l'amour propre et l'amour universel. Inutile de dire je pense que je n'en suis qu'au deuxième. L'amour propre est une notion que j'ai toujours eu du mal à intégrer, et elle en est restée au stade de notion. Bien que j'eus par le passé quelques élans de fierté envers moi-même, une fierté saine et constructive, il n'en demeure pas moins que le reste du temps c'est tout le contraire qui me passe par la tête.
Il y avait une sorte d'apathie lancinante, sortie d'où je ne sais où, et en écartant définitivement la coup de la larve parce que ça fait clairement trop cliché, je me suis dis "il n'y a que toi qui t'inflige ça". Pour une fois, mon esprit avait raison.

Aujourd'hui, je suis tombée sur deux citations qui ont immédiatement fait tilt et m'ont remises droit sur le chemin du positivisme et de la marche avant :



- "On ne fait pas la même erreur deux fois. La deuxième fois, c'est un choix." { Lauren Conrad }
- "We are what we repeatedly do. Excellence then, is not an act, but a habit." { Aristotle }



Depuis quelques semaines, j'étais entrain de faire l'Ouroboros, je trainais mes désillusions, mes pensées négatives revenaient en boucle, je devenais amorphe, je recommençais à avoir peur pour des choses que j'avais surmontées, la panique revenait me hanter. Je tournais en rond dans ma propre tête, enfermée dans un corps que je ne supporte plus. J'avais conscience de cet enfermement et je me sentais partir à la dérive vers un horizon malsain qui allait me faire reculer de plusieurs pas alors que je les avais si durement gagnés.
Mais force est de constater que lorsque l'on a goûté au positivisme, au moins une fois, et qu'on l'a appliqué dans sa vie, on y revient toujours et on se "sauve" grâce à cela. "L'art de la simplicité" ne m'aura pas laissé un souvenir impérissable mais il a été un déclencheur malgré lui additionné de plusieurs autres petites choses qui m'ont donné cet élan qui me manquait. La simplicité est ce que je recherche, à travers mon quotidien, mais une simplicité élégante, belle et inspirante. J'y reviendrais probablement dans un autre article.

Quoi qu'il en soit, j'apprends grâce à ces deux citations à relativiser mes émotions. J'apprends qu'elles sont à moitié vraies et que même en me sentant envahie par elles je dois prendre le recul nécessaire pour ne pas tomber à pieds joints dans des schémas bien trop faciles à mettre en place mentalement car destructeurs. Je suis saisie par la faculté que nous avons de nous détruire en premier, avant de nous rendre heureux. La quête du bonheur n'en est pas réellement une puisqu'il se trouve déjà en nous. Nous le savons mais nous ne nous permettons pas de le vivre pleinement.

Pour cette nouvelle année j'ai donc décidé de n'écouter que le bonheur, de ne vivre chaque jour que des instants précieux de calme et de paix, j'ai décidé de laisser ma créativité s'exprimer comme elle le doit et non pas comme je le veux. Un pas à la fois mène toujours au bon endroit.  

3 commentaires:

  1. Un bel article et deux citations que je m'empresse de noter pour mes jours ... plus sombres ;-) En te souhaitant un bon cheminement, pas après pas, pour cette nouvelle année

    RépondreSupprimer
  2. Merci Sedna ! Je te souhaite également une merveilleuse année, pleine de richesse et d'épanouissement =)

    RépondreSupprimer
  3. Prendre des résolutions est une chose aisée, et on y a tous recours. Les tenir est un exercice plus compliqué, surtout lorsqu'on note le décalage entre cette prise de décision, et les faits. Si dans notre tête, tout est clair, il faut du temps pour que les choses bougent. On voudrait se lever le matin en voyant autour de nous ces bonnes résolutions toutes concrétisées. Un peu de patience, tout changement prend du temps, et rien que de le décider te met déjà sur la bonne voie...
    Ave

    RépondreSupprimer