Extrait 1 - Le troisième pas



" L'homme en quête recherche sa vie durant ce qui lui est offert à chaque instant.

Malheureusement, la vie, la société, les autres l'ont coupés de ce qui lui permettrait de s'en rendre compte.
En lui, il y a l' "Autre", son Etre essentiel qui a été enfoui au lus profond, à tel point qu'il ne peut plus communiquer avec l’Être existentiel, celui qui est entrain de lire cet ouvrage. 
Toutes les traditions authentiques, qu'elles soient religieuses et/ou initiatiques, ont en elles la clef qui permet de rétablir la relation entre ces deux Êtres ; celle qui offre la possibilité de se relier avec le Tout, avec le Tao, avec le Divin, comme chacun voudra bien le traduire.
Mais la voie qui mène à cette clef est longue et difficile, comme s'il y avait une volonté surnaturelle d'effectuer une sélection.
La progression est jalonnée de chausse-trappes et d’écueils qui ralentissent la progression, ou font régresser tout en laissant croire l'inverse au chercheur lui-même.


Cette difficulté est telle que tout homme sain d'esprit peut se poser la question de l'intérêt d'une telle démarche, du moins tant qu'il conserve ses repères d'homme ordinaire. 
Il n'est donc pas étonnant de constater, que les courants ésotériques ancestraux sont porteurs de messages à plusieurs niveaux de compréhension, émaillés de miroirs aux alouettes valorisants et attrayants, chargés de séduire le profane.

Les initiateurs de ces traditions savaient qu'il fallait en fonction des cultures locales, de l'atavisme qui en découlerait et des tentations naturelles existant en chaque homme, créer des mythes, des rites, des doctrines qui pourraient véhiculer les bases morales des sociétés futures au premier degré et les clefs initiatiques au deuxième degré.
Une tradition exotérique et une tradition ésotérique.

L'erreur fréquente fut par la suite de chercher une compréhension intellectuelle de ces clefs, alors que celles-ci depuis la nuit des temps, celle où l'homme avait encore conscience de son Divin, ne sont accessibles que par le "sensible", par le perceptif, pour atteindre l’Être essentiel. 
Il est vrai que plus le temps passe, plus le genre humain se dénature, perdant ses repères intuitifs par l'accroissement de ceux du rationnel. D'où conséquence évidente, le message authentique se recouvre, au fur et à mesure du temps, d'un voile de plus en plus obscur, sinon opaque. 

Il n'est donc pas surprenant de constater que la plus grande confusion règne à la fois chez les profanes comme parmi une grande partie des initiés des différents courants ésotériques contemporains.


Le mal est tel, qu ela plupart des référentiels auxquels l'homme en quête peut avoir accès, humains ou livresques, sont aussi des fruits de la Raison pure. Le problème fondamental est que cette dernière, si elle est pour d'aucuns très utile au départ, sinon indispensable, devient par la suite un obstacle qui peut devenir infranchissable si il n'est pas maîtrisé, d'où toutes les dérives que l'on peut constater. 

Pourtant chaque homme, même le plus matérialiste, a en lui un besoin d'absolu qu'il ressent régulièrement. Ce besoin profond est synonyme d'indicibilité, d'amour, de pureté, de simplicité, de dépouillement ; ce que l'on pourrait traduire par "Saint Esprit", "Fusion avec le Tao", "Eveil".
Le plus surprenant est, que ce même homme, recherchera et utilisera dans sa quête des outils sophistiqués, lourds et compliqués qui sont en totale opposition avec son ressenti profond.
Il est donc fondamental, de comprendre quel est notre conditionnement, comment celui-ci a occulté notre nature essentielle, et comment éveiller cette dernière. " 


{ Le troisième pas - Chiambretto } 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire