Mes offrandes extérieures

Faire des offrandes en extérieur est devenu pour moi un acte incontournable et principal dans ma pratique. Lors de mes promenades je reviens quasiment à chaque fois avec quelque chose : plume, coquille d'escargot, pierre, branche, lierre, fruits etc ou même ne serait-ce que quelques photos. La Terre me permet de voir et de ramener toutes ces choses il est donc logique, normal et naturel qu'à mon tour je lui donne quelque chose aussi. Avant ça a toujours été un de mes cheveux que j'enroulais autour d'une branche. Maintenant j'y ajoute de la nourriture que je fais moi-même ou bien un fruit que j'ai acheté, des graines, du lait etc.

Cet acte que je trouvais tellement naturel je n'ai pris conscience de sa profondeur que récemment cette année en découvrant un livre en allemand (je n'ai plus la référence mais j'essaierais la prochaine fois de noter le titre) écrit par un homme qui ne pratiquait qu'en extérieur dans la forêt avec des outils naturels et qui faisait donc aussi des offrandes. En voyant quelques unes de ses photos, j'ai tout à coup compris que non seulement j'étais parfaitement sur mon chemin mais je n'avais pas réalisé à quel point ce geste devait être ancien. J'ai eu comme un vertige en pensant que c'était ainsi après tout que les hommes avaient toujours rendu hommage à la terre, d'aussi loin que l'on puisse le dire avec certitude. J'étais entrain de perpétuer ce "lignage" et bien que ce ne soit pas du tout pour cela que je le fais (je veux dire par là que je le fais de façon spirituelle et non pas pour me réclamer d'une tradition quelconque ou pour trouver une légitimité historique quelconque) j'ai senti que ce cheminement avec les ancêtres que j'ai accueilli en moi quelques années plus tôt prenait de plus en plus de sens dans les choses spontanées que je faisais.

Je m'épanouis pleinement dans ces actes d'offrandes, j'y trouve ma place et j'accomplis un geste qui est hautement symbolique pour moi.




Ce matin je suis donc partie avec un petit sachet contenant des morceaux d'un gâteau aux amandes, fait maison (ce point est très important pour moi, je tiens à laisser dans la nature des choses que je réalise car je sais ce qu'il y a dedans, contrairement à la nourriture industrielle. Vu que ce sont les animaux qui vont les manger je ne veux pas les empoisonner - on le fait déjà assez - lorsque se sont des aliments que j'achète je veille toujours à ce qu'ils soient le plus sains possible). C'était simplement pour remercier la terre de ses bienfaits, sans pointer quelque chose en particulier, la remercier de simplement continuer à nous nourrir. Mais j'ai eu la grande surprise et joie de découvrir deux coins à mûres et un à noisettes bien fourni. J'étais heureuse comme tout car tous les autres coins à mûres que nous connaissions étaient déjà finis. J'ai pu en ramasser quelques unes et je suis repartie le cœur plein d'allégresse. Au retour j'ai donc déposé mon offrande au pied d'un chêne, et finalement elle avait encore plus d'importance !
Pour l'instant mes offrandes sont sommaires niveau look mais je compte bien les améliorer. Tout simplement parce que cela me fait plaisir, que j'aime prendre le temps de ramasser et de mettre en forme. C'est du land-art-offrande en quelque sorte ! Donc on ne voit pas très bien sur la photo mais j'ai ramassé quelques feuilles sur lesquelles reposent les morceaux de gâteau, deux plumes complètent le tout ainsi qu'un petit gland.



Au retour, une jolie surprise sur un lit de lierre ... serait-ce une fée qui a laissé son empreinte ? ;)


2 commentaires:

  1. Depuis quelques temps, j'ai comme toi l'habitude de laisser quelque chose lorsque je me rends à l'extérieur, graines, céréales, ou chanson si je n'ai rien d'autre.. (les cheveux, j'aurais pas pensé !) ; il ne me viendrait pas à l'esprit de partir sans rendre cet hommage, pour finaliser ce qui m'apparaît comme un échange, puisque j'ai aussi toujours quelque chose à ramener, feuilles, branches, ou mieux encore, émotions, sensations, réponse...
    Ave

    RépondreSupprimer
  2. Je vois que l'on a la même vision des offrandes. J'aime rendre une partie des récoltes que la Terre m'a donné, mais sous forme transformée, pour montrer comme nous savons utiliser des dons qu'elle nous offre.

    RépondreSupprimer